href="ayodhya/index.htm" href="cachemire/index.htm" href="culture/index.htm" href="invasion/index.htm" href="histoire/index.htm" href="indiatoday/index.html" href="contes-legende/krishna-leela/index.htm" Jaia Bharati, génie indien, Sri Aurobindo, culture indienne, aryen, veda, information sur l'Inde, exposition sur l'Inde, Frédéric Soltan, Dominique Rabotteau, Inde des Dieux et des Hommes, Inde de la mer et des Hommes









Dominique RABOTTEAU

Frédéric SOLTAN



« L'INDE DES DIEUX ET DES HOMMES »


Des films écrits et réalisés par Frédéric Soltan et Dominique Rabotteau

Édités par France télévision distribution
Disponibles chez France télévision distribution et en librairie


DVD : L'Inde des Dieux et des hommes
VHS : L'Inde des Dieux et des hommes
2 DVD 9 couleur – Durée : 6 h 15 environ
Ces DVD comprennent les 6 films documentaires, le chapitrage, un diaporama.
2 vidéocassettes VHS secam couleur
Durée : 6 h 15 environ
qui comprennent les 6 films documentaires


     Au travers de 6 documentaires exceptionnels, partez à la découverte de l'un des pays les plus envoutants au monde, l'Inde.
     Second pays le plus peuplé au monde, l'Inde fascine autant par la richesse de sa civilisation que par la diversité de sa population. En suivant l'itinéraire de 6 Indiens et de leurs communautés respectives, ces films vous feront découvrir tout un pan de la culture indienne, L'Inde des Dieux et des Hommes.

 

 

  Les gardiens du Gange
    La Kumbha Mela est le plus grand rassemblement religieux du monde. Cette année, 20 millions de pélerins seront à Haridwar, l'une des 4 villes saintes où cette fête a lieu, une fois tous les 12 ans. Les pélerins viennent se baigner dans le Gange, se laver de leurs péchés, mais ils veulent surtout rencontrer les saddhus, les hommes saints de l'hindouisme. À Haridwar, ils sont plus de 100 000, aussi bien ceux qui vivent en ermites dans l'Himalaya que ceux qui parcourent les routes au nom de la foi. Les saddhus tutoient Dieu et, les rencontrer, c'est se rapprocher de Dieu. Baba Bhola est l'un d'entre eux. Agé de 29 ans il est saddhu depuis près de 20 ans.


  La déesse aux pieds d'argile
    En Octobre, Calcutta, l'une des plus grandes villes du monde célèbre Durga, sa déesse-mère... Ce festival se prépare des mois à l'avance dans le quartier de Kumartuli. Ici, vivent 300 familles, ils sont tous sculpteurs. À l'occasion de cette fête, ces artisans vont créer des milliers de statues d'argile à l'effigie de la déesse. Certaines d'entre elles mesurent plus de 10 mètres. Elles seront colorées et habillées. Au début du festival, chaque famille, chaque club de quartier vient acheter sa statue. Mais, au dernier jour du festival, selon la tradition, toutes les Durga seront immerger dans l'Hoogly, le fleuve qui traverse Calcutta.


  La saison des possédés
    Le Teyyam est un art sacré, un théâtre religieux. Ce rituel, venu d'un autre âge, n'existe que dans une région de l'Inde, au nord du Kérala. Ici, durant les nuits de la saison sèche, des hommes sont habités par les dieux. Leurs chants et leurs danses appellent la protection du divin. C'est la saison des Teyyam. Depuis des générations, les hommes de la famille Panikkar sont Teyyams. Ils sont, durant quelques mois chaque années, l'Incarnation des dieux. Dans un passé récent, les villageois leur prêtaient bien d'autres pouvoirs.


  Hari Singh, le chevalier de Dieu
    Comme tous les sikhs, Hari Singh portent les cheveux longs et ne se coupe jamais la barbe, mais cet homme est avant tout un guerrier, appelé Nihang dans la communauté sikhe. Les Nihangs défendirent les valeurs de la religion sikhe comme l'envahisseur moghol. Aujourd'hui, ils mettent leurs armes au service des plus démunis. Hari Singh est aussi maître d'armes. Ses élèves, Yoga et Sukha sont âgés de 6 ans. Tous les 3 participent chaque année au grand festival d'Anandpur, au nord de l'Inde, qui honore la mémoire du père fondateur de la religion sikhe, Guru Govind Singh.


  Mahboub, le chemin d'un fakir
    Chaque année en Novembre, des centaines de fakirs, venus des 4 coins de l'Inde se rassemblent au centre de Delhi. Ces hommes sont des mystiques de l'Islam respectés aussi bien par les hindous que par les musulmans. Ils ne cherchent que l'union avec Dieu. Mahboub, un ancien militaire de l'armée indienne a choisi la voie du mysticisme. Avec ses compagnes ils entreprennent le pélerinage de l'Urs à Ajmer au Rajasthan. Là-bas, à 400 kms de Delhi, est enterré l'un des grands saints de l'Islam, Kawaja. L'Urs fête l'anniversaire de sa mort. Après 13 jours de marche, les fakirs arriveront enfin, épuisés mais rayonnants de joie.


  La dernière vie de Nirmala
    Pour la dernière fois, Nirmala s'habille d'un sari de couleur et porte ses bijoux. Aujourd'hui, les moines et les nonnes de sa future communauté jaïne vont lui arracher les cheveux. Alors Nirmala sera nonne. Ce rituel marque le respect absolu du vœu de non-violence, l'un des 5 vœux prononcés par les religieux jaïns depuis plus de 20 siècles. Un rasoir pourrait causer la mort d'un moucheron pris dans la chevelure. Nirmala va prononcer ses vœux durant la Fête de la Grande Onction. Cette fête exceptionnelle réunie toute la communauté jaïne à Sravanabelgola, au sud de l'Inde. Elle n'a lieu que tous les 12 ans. Celle-ci est la dernière du siècle.

 

Sravanabelgola : La dernière vie de Nirmala

 

          
© Jaïa Bharati