TAMIL-NADU
QUAND LES BULLETINS DE VOTE PROMETTENT LA LUNE


par Dorian Spaak

(Dorian Spaak est journaliste stagiaire au Deccan Herald de Bangalore)

    

Un État indien ou la démocratie se résume à des cadeaux bonus

     La série d’élections parlementaires régionales conduite dans quatre des vingt-huit États Indiens vient de s’achever. Mais l’Inde a beau être la « plus grande démocratie du monde », la campagne qui a eu lieu au Tamil Nadu a dégage de forts relents de populisme.

     L’État du Sud de l’Inde, qui avait été particulièrement touché par le tsunami, a vu les deux principaux partis régionaux s’affronter pour les élections du 8 Mai à coup de promesses visiblement intenables.

     Kalaingar Muthuvel Karunanidhi, President du Dravida Munnetra Kazhagam (DMK), le parti d’opposition, lança la première offensive le 29 Mars. Le manifeste du Parti rendu public ce jour-là promettait en effet de baisser pour tous le prix du riz de 3,5 à 2 Roupies le Kilo, de donner 2 acres de terrain aux paysans sans-terre, et, pour « fournir divertissement et culture générale » aux nombreuses femmes au foyer, de donner une télévision couleur à toutes les familles n’en ayant pas. La liste ne s’arrête pas la. Mr Karunanidhi, certainement concerné par le bien-être de « l’homme de la rue » proposa des bonbonnes de gaz gratuites pour les pauvres, une assistance de 1000 Roupies par mois pour les femmes enceintes et 15000 Rs pour le mariage des femmes défavorisées (difficile dans les milieux pauvres de l’État de se marier sans dot).

     Les journaux locaux ont eu beau critiquer l’irréalisme de telles promesse, ils n’ont pu empêcher l’escalade. Il faut dire que chacun des deux partis dispose de sa propre chaîne de télévision, et que l’équité du temps de parole n’est pas un concept très répandu dans l’État, habitué à un certain autoritarisme de la part de ses dirigeants.

     Il n’a fallu que quelques jours à J. Jayalalitha, actuel « Chief Minister » du Tamil Nadu, pour promettre d’offrir gracieusement 10 kg de riz à tous les détenteurs d’une carte d’alimentation de l’État, soit environ 16 millions de personnes. Mme Jayalalitha, Presidente de l’All India Anna Dravida Munnetra Kazhagam (AIADMK), le parti au pouvoir, avait jusque-là attaqué vigoureusement les promesses « irrealistes » du DMK. Elle se mit ensuite à les copier une par une, en en rajoutant un peu au cas où. Elle promit par exemple un demi-souverain d’or aux femmes pauvres désirant se marier, puis des vélos à tous les élèves de High-School (équivalent du lycée), et, tenez-vous bien, des ordinateurs aux talentueux élèves de Standard 12 (terminale). Alors même que les offices gouvernementales en manquent sévèrement…

   Mais Mme Jayalalitha semble avoir été incapable de faire oublier aux gens leur mécontentement, car les premières estimations déclarent le DMK large vainqueur. Il est sûr que Mr Karunanidhi, octogénaire, ne pourra pas tenir ses promesses. On pourrait même espérer qu’il ne le fasse pas, car l’État a un besoin pressant d’infrastructure, et un budget loin d’être extensible.


 

 

     
© Jaïa Bharati