LETTRE OUVERTE AU PAPE JEAN-PAUL II


Émanant du Dharma Rakshana Sammelan

(Association de citoyens « concernés »)

 

« Toute conversion est une perversion religieuse. »
Swami Vivekananda

« Toute conversion religieuse est un pur commerce. »
Mahatma Gandhi

 

Très Saint Père,

     C'est avec grand respect que nous vous accueillons en cette terre sacrée, berceau de la plus ancienne civilisation, la seule qui ne soit pas conflictuelle. Conformément aux fondements de cette culture immémoriale, nous croyons et déclarons avec force que toutes les religions, y compris celles qui ont usé de violences envers la nôtre, sont sacrées. Et en tant que guide de la foi catholique, nous tenons à vous exprimer toute notre considération.
     Nous savons que la Chine et Taïwan ont, non seulement refusé d'inviter Votre Sainteté, mais aussi interdit la Conférence des évêques d'Asie sur leurs territoires et comme nous l'avons appris, Sri Lanka vient récemment d'opposer son veto à la visite papale. Si dans ce contexte, le Gouvernement de l'Inde a accepté de vous recevoir, c'est uniquement pour ne pas faillir à notre tradition ancestrale de respect pour toutes les croyances.
     Pour être restée fidèle à cet idéal, idéal qui est étranger aux autres fois, notre nation a, dans le passé, intensément souffert et continue de souffrir dans ses échanges avec des religions intolérantes. Pourtant, agir à l'instar de la Chine et Taïwan eut été incompatible avec le génie de l'hindouisme.
     À l'heure où nous vous accueillons, nous souhaitons loyalement vous faire part de nos inquiétudes. L'attitude extrême de la Chine, Taïwan et Sri Lanka envers Votre Sainteté n'est pas sans fondement ; en effet, ces pays se sentent menacés par le Programme officiel de l'Église pour l'évangélisation de l'Asie et nous partageons pleinement leurs appréhensions.
     Citoyens de bonne volonté, nous voudrions attirer votre attention sur les conséquences néfastes du but déclaré de votre visite dans notre pays. Selon nos informations, les modalités d'applications de la nouvelle Évangélisation de l'Asie ont été entérinées en mai 1998, lors du Synode extraordinaire des évêques d'Asie. Il est donc entendu que la Conférence des évêques d'Asie au cours de laquelle Votre Sainteté prendra la parole pour délivrer l'Exhortation post-synodale, n'est pas ordinaire. Elle sera la conclusion des délibérations afférentes à l'Évangélisation de l'Asie – « évangélisation » étant un substitut bien noble pour le terme plus indigne de « conversion ». À l'évidence, l'objectif prévu de votre visite est donc de convertir les hindous.
     Loin d'être secret, le programme de conversion du Vatican est bien documenté et circule librement ; il est rendu explicite par les encycliques papales « Tertio millenio adveniente » et « Redemptoris missio ». Votre Sainteté a fait la déclaration publique qu'en dehors du Christ il n'est point de salut, à l'exclusion de toute autre croyance. Comme l'indique l' « Encyclopaedia of Brittanica », c'est précisément sur ce point que le christianisme est intolérant ; et cette intolérance le rend agressif dans ses efforts pour convertir les autres.
     Nous Indiens, sommes profondément choqués par ce regain d'agressivité dans la croisade que mène l'Église pour convertir notre pays en utilisant tous les moyens imaginables. Ce choc est générateur de violence car toute conversion prive irrémédiablement l'individu de son lien charnel avec ses ancêtres, son héritage culturel, sa communauté, sa famille ; et même, les conversions de masse à un rythme soutenu dénationalisent le peuple.
     Phénomène socio-religieux explosif, toute conversion a le pouvoir de réveiller de puissantes forces centrifuges, en heurtant le point sensible de la religion dont toutes les sociétés, qu'elles soient modernes, traditionnelles ou tribales ont fait une affaire d'honneur. Dans tous les milieux sociaux, les activités des missionnaires chrétiens divisent les familles et les communautés, ce qui a donné lieu à des affrontements dans certaines régions reculées du pays. Cependant, l'Église a lancé une campagne de dénigrement en traitant l'Inde de nation intolérante, alors que la véritable raison de ces affrontements est l'intolérance même de ses missionnaires.
     Nous savons que le Mahatma Gandhi et Swami Vivekananda inspirent un « grand respect » à Votre Sainteté qui, lors de sa dernière visite, s'est rendue au Rajghat [1] pour offrir ses prières. C'est pourtant Mahatma Gandhi qui a qualifié les conversions de « pur commerce »; quant à Swami Vivekananda, il a utilisé le terme de « perversion religieuse ».
     Quand de si grands hommes se sont exprimés avec tant de force sur ce sujet, nous espérons que Votre Sainteté comprendra la profondeur de nos sentiments nationaux.
     Nous n'exigeons rien. Nous souhaitons seulement vous dire que ces conversions, qui semblent être inhérentes aux activités papales, sont une violence pure et simple, et ceci tout particulièrement quand elles s'attaquent à l'hindouisme qui ne croit pas en ce genre de procédé.
     Dans sa lettre ouverte à Votre Sainteté, Swami Dayananda [2] a déclaré : « la conversion des hindous frappe ceux qui sont désarmés ; c'est une agression unilatérale. »
     Nous n'avons rien de plus à dire.

(Traduit de l'anglais)

 

(Cette lettre ouverte est basée sur le Mémorandum du comité des citoyens, présenté au Premier ministre de l'Inde le 2 novembre 1999 et signé par 120 personnalités éminentes, artistes, écrivains, musiciens, universitaires, journalistes, hauts fonctionnaires et juges retraités.)


Notes

[1] Situé à Delhi, le Rajghat est le lieu d'incinération du Mahatma Gandhi, d'Indira Gandhi et de son fils Rajiv où trois cénotaphes y ont été élevés. (Nous tenons à préciser qu'aucun lien familial n'unit Indira Gandhi et son fils, au Mahatma du même patronyme.)

[2] Swami Dayananda : sannyasin érudit qui enseigne depuis trente ans, fondateur des centres Arsha Vidya aux États-Unis, en Inde, au Canada et en Australie.



 

     
© Jaïa Bharati