href="ayodhya/index.htm" href="cachemire/index.htm" href="culture/index.htm" href="invasion/index.htm" href="histoire/index.htm" href="indiatoday/index.html" href="contes-legende/krishna-leela/index.htm" Jaia Bharati, information sur l'Inde, Sri Aurobindo, culture indienne, aryen, veda, Nehru, rajputs, mahrattes, civilisation indienne, Tilak, home rule, Terrorisme, Islam, Maurya, Gupta, Moghol, spiritualite, Aryen, Manohar Malgonkar, Veda, empire des Indes, sikhs, François Gautier, Gandhi, Claude Arpi




 

IL Y A 50 ans : PONDICHÉRY

   L'intégration des Etablissements français en Inde

Perspectives historiques et culturelles



 

     Comme beaucoup d'entre vous le savent, Pondichéry s'apprête à fêter l'anniversaire de son indépendance, et le Président de l'Inde, Dr Abdul Kalam, est attendu pour participer à cette commémoration.
     Le Pavillon de France vient de sortir un numéro spécial de la Revue d'Auroville consacré au cinquantième anniversaire du « merger » ou fusion de Pondichéry avec l'Inde (1er novembre 1954). « Il y a 50 ans : Pondichéry. L'intégration des Etablissements français en Inde -- Perspectives historiques et culturelles. »
     L'ambassadeur de France en Inde et l'ambassadeur de l'Inde en France ont chacun envoyé un message à la Revue pour l'occasion.
  Cette étude, qui s'intéresse particulièrement aux années 47-54, comprend différents documents d'archives (Inde et France), des interviews de personnes ayant vécu les événements en question, des essais d'historiens et d'experts légaux, ainsi que quelques articles dus à des Auroviliens. L'Institut Français de Pondichéry, les Archives de l'Ashram de Sri Aurobindo et INTACH ont eu la gentillesse de nous autoriser à publier quelques-unes de leurs photos rares.

Un résumé de l'éditorial de cette Revue a été récemment publié dans le New Indian Express.

L'équipe de publication
 

 

Dominique Girard

Ambassadeur de France en Inde


     L'Histoire se nourrit d'événements, de dates, d'illustrations, d'analyses, de souvenirs. Elle est en partie ce qu'en font ceux qui l'écrivent. Il y a ceux qui participent à l'action, chroniqueurs éventuels mais qui ne sont pas toujours les mieux placés pour les rapporter, et ceux qui tentent de les restituer pour la postérité. Cette deuxième approche, plus critique, permet l'analyse à froid, et fait parfois resurgir des pans oubliés : causes, raisons et conséquences, participant à leur tour à une meilleure compréhension du présent.

     C'est dans ce cadre que s'inscrit le travail de mémoire engagée par le Pavillon de France d'Auroville, qui offre l'avantage à tout un chacun de disposer d'éléments tout à la fois précis, concis et abondamment illustrés sur le processus historique qui a conduit il y a cinquante ans à la cession par la France des territoires de Pondichéry à l'Inde.

    Bien que ses rédacteurs se défendent d'avoir commis un ouvrage historique, la richesse des documents collationnés, la qualité des témoignages recueillis et la synthèse réalisée méritent les éloges, d'autant que ce travail est une production locale, au plus près des réalités pondichériennes d'hier et d'aujourd'hui.

     Toutes deux de cultures anciennes et adhérant à de vraies valeurs démocratiques, l'Inde et la France partagent de très nombreuses vues communes. Dans le concert moderne des nations, elles s'expriment le plus souvent à l'unisson. Les liens qui les unissent déjà s'affermissent et se multiplient. Le partenariat et les échanges économiques se développent. Nos cultures se risquent de plus en plus au contact l'une de l'autre et en ressortent mieux comprises et grandies. L'Inde, qui a toujours attiré de nombreux occidentaux, s'affirme comme une destination de plus en plus prisée des touristes français, notamment dans le Sud et en particulier à Pondichéry, qui met en œuvre une politique très volontaire dans ce domaine.

     Car en fait, et c'est ce que tente aussi d'établir cet ouvrage en proposant un bilan, l'histoire de Pondichéry ne peut faire abstraction de quelque trois siècles de présence française, dont, sur les instances mêmes du pandit Nehru, les deux gouvernements qui y ont mis fin d'un commun accord, à partir de Novembre 1954, ont souhaité faire perdurer une certaine culture, un certain « esprit », un lien privilégié entre nos deux pays, ce dont nous nous félicitons aujourd'hui.

     Les structures en place témoignent de ce lien privilégié : un Lycée français de plus de mille élèves, deux Instituts de Recherches (l'Institut Français de Pondichéry qui fêtera son cinquantième anniversaire en 2005 et l'École Française d'Extrême Orient), une Alliance Française parmi les plus actives des 15 institutions similaires en Inde, un important Consulat Général qui gère les 7.000 Français de la circonscription et participe activement aux échanges avec le gouvernement local.

     Enfin, et même si elle n'est pas administrativement rattachée à Pondichéry bien que mitoyenne, Auroville reste animée par de nombreux Français, qui constituent dans cette citée expérimentale la deuxième nationalité représentée après nos amis indiens.

     C'est à eux que revient l'initiative du présent ouvrage. Il aura l'avantage de faire mieux comprendre les tenants et les aboutissants d'une transition qui s'est déroulée dans des conditions honorables, et a abouti à une situation originale dont l'Inde et la France n'ont qu'à se féliciter car elle ajoute encore, aujourd'hui, au formidable potentiel de renforcement des liens entre nos deux pays, leurs cultures et leurs peuples. Qu'ils en soient remerciés de tout cœur.

 

 

       
© Jaïa Bharati