href="ayodhya/index.htm" href="cachemire/index.htm" href="culture/index.htm" href="invasion/index.htm" href="histoire/index.htm" href="indiatoday/index.html" href="contes-legende/krishna-leela/index.htm" Jaia Bharati, information sur l'Inde, Sri Aurobindo, culture indienne, aryen, veda, Nehru, rajputs, mahrattes, civilisation indienne, Tilak, home rule, Terrorisme, Islam, Maurya, Gupta, Moghol, spiritualite, Aryen, Manohar Malgonkar, Veda, empire des Indes, sikhs, François Gautier, Gandhi, Claude Arpi








 

LA FIN DES PRINCES



Éditions du Rocher
Collection « Terres étrangères »


Traduit de l'anglais (Inde) par F. de Bardy et Patrice Ghirardi


La Fin des princes, Manohar Malgonkar     Ce roman a pour cadre la petite principauté indienne de Begwad dans les années 1930, vue à travers le regard du jeune Abhay, héritier en titre de son père, le maharadjah dont il est le fils unique. Puis au cours de la Seconde Guerre mondiale, l'influence de la domination britannique en Inde s'estompe, sous la pression des nationalistes, au profil du parti du Congrès de Gandhi ; la période cruciale de l'après guerre voit alors s'effriter le pouvoir des États princiers, prélude à leur absorption finale dans l'Inde moderne.
     Jeune homme, Abhay, se révolte contre l'environnement étouffant dans lequel il grandit et dont il tente de se libérer ; celui d'une société féodale, dirigée avec un paternalisme despotique par son père, un autocrate qui s'attache à éradiquer toute velléité d'indépendance sur son territoire et se consacre à la chasse au tigre, sa seule passion. Sa vie personnelle est elle aussi soumise à son statut de prince héritier, puisqu'on choisira pour lui sa femme ainsi que sa concubine.
     Àprès ses études, Abhay voit dans la participation de l'Inde à la Seconde Guerre mondiale l'occasion inespérée de s'émanciper : il s'engage dans l'armée. C'est également à cette époque qu'il tombe passionnément amoureux d'une Anglaise qui deviendra sa maîtresse. Abhay devra pourtant un jour succéder à son père et devenir à son tour le maharaja de Begwad – un véritable dieu vivant pour les Bhils, une peuplade primitive qui protège le secret du trésor de ses ancêtres, et dont la survie est menacée par la liquidation des États princiers…
     Émouvant récit initiatique d'un jeune homme déchiré entre tradition et modernité, entre devoir et amour, La Fin des princes conte aussi le crépuscule d'une civilisation, celle des princes, des maharadjahs qui s'effacèrent pour laisser place à l'Inde moderne.

     Né en 1913 sur la côte ouest de l'Inde, Manohar Malgonkar combat durant la Seconde Guerre mondiale dans les troupes alliées comme officier d'infanterie puis à l'état-major. Il se consacre après-guerre à l'écriture. Auteur d'une quinzaine de romans, publiés à partir des années 1950 en Grande-Bretagne et aux États-Unis, il est l'un des grands écrivains indiens de langue anglaise. Les éditions du Rocher ont déjà publié dans la même collection La Fureur du Gange (rééd. Motifs) et Le Vent du Diable.

 

 

 

       
© Jaïa Bharati